[IDRock] Melting Pot musical : « Tristesse Contemporaine »

Il paraitrait que le nombre 3 pourrait représenter un certain équilibre. Un équilibre aboutissant sur une harmonie. Je ne l’ai pas inventé, ce concept a debuté par la trinité dans la Bible. Des personnes différentes qui concourent à matérialiser une unicité rationnelle. Nous n’avançons pas ces propos pour rien. Et pour cause : Le trio apatride « Tristesse Contemporaine » est bien plus qu’un simple groupe de musique – elle aussi – contemporaine. C’est grâce à la rencontre de trois âmes en peine venus d’ici et d’ailleurs (la Japonaise Narumi, le Suédois Leo Hellden, et l’Anglais Maik) que le génie a pu opérer créant une clarté auditive sans nom. De la combinaison des diversités, on aboutit une fois encore sur une évidence musicale. Biscornue, imparfaite, virevoltante mais que l’on adopte définitivement.

Ce qui peut nous interpeller de prime abord, c’est le côté attrayant et inquiétant de leur nom. Le groupe s’imprègne d’une originalité déroutante et l’inscrit dans une vision réfléchi voir intellectuelle de la création musicale. Branlette intellectuelle ? Artistes décadents ayant un message ? Ou simple identité étrange ? La réponse n’est pas certaine… Mais en attendant, c’est un choix identitaire qui marche puisque cela éveille la curiosité du commun des mortels. Pourquoi pavaner en public avec des masques d’animaux ? Eh bien, la réponse est à creuser du côté intellectuel de la création : ET POURQUOI PAS ? 

Voilà près de trois ans que l’album fût bonifié dans un studio parisien.  Evidemment, cette composition a été totalement réfléchie. Et on sent à plein nez le travail méticuleux et la sueur créatrice. Ils l’ont finalement sorti le 16 Mars 2012 sur le fameux label Dirty.

Nous vous laissons entre les mains ce premier album. Un trésor combinant l’ensemble des ressources et influences de la musique actuelle. Qui a dit que l’électronique enterrerait la production de chefs d’oeuvre symphonique ? Voilà quelle voie prend notre identité musicale… Une confusion des genres qui pourra ravir tous les amoureux du son et de la Musique (avec un grand M évidemment). Groove cold, basses douces, guitares aiguisées… Faites en bon usage. Et ne vous laissez pas impressionner par la langueur inhérente au nom. Cet album n’est pas seulement destiné aux mélancoliques. Certes une nostalgie agréable nous envahit mais nous vous l’assurons, c’est pour le plus grand bonheur de tous nos sens.

Pour l’heure, nous vous encourageons à savourer l’ensemble des tracks de l’album. Et pour un peu plus d’émotion, voici leur Nova Mix Club diffusé sur Radio Nova le 14 avril 2012. Du vrai bonheur contemporain.

Tristesse Contemporaine – Tristesse Contemporaine (Dirty/Pschent, 2012)

1. Empty Hearts
2. In The Wake
3. Hell Is Other People
4. I Didn’t Know
5. Hierarchies
6. Daytime Nighttime
7. 51 Ways To Leave Your Lover
8. America

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :